Choisir sa contraception féminine, comment faire le bon choix ?

Pour vous guider dans le choix de votre contraception, le mieux est de consulter un médecin gynécologue pour recevoir ses conseils.
Vous pouvez appeler directement le 01 89 01 22 18 (appel gratuit) pour être prise en charge par téléphone et obtenir une ordonnance en ligne si necessaire.

Les médecins peuvent vous informer en fonction de votre mode de vie mais également de vos antécédents médicaux afin d’anticiper une éventuelle contre-indication médicale.


Par définition, un contraceptif permet à la femme d’éviter de tomber enceinte, ou encore pour contrôler son cycle menstruel (règles). En général, il est recommandé aux femmes de choisir une contraception en fonction de leur âge, de leur situation amoureuse, et surtout en fonction de leur état de santé.

À ce propos, il existe plusieurs moyens de contraception, dont les principaux sont les contraceptifs à base d’hormones (progestatif, œstroprogestatif, implant, patch, stérilet hormonal inséré au niveau de l’utérus, injections, etc.).

Vous avez aussi la possibilité d'opter pour la contraception mécanique, à savoir le DIU au cuivre (stérilet en cuivre), le préservatif, le diaphragme (dispositif médical), l’anneau intravaginal (inséré à l’intérieur du vagin) ou encore la cape.

Enfin, vous pouvez opter pour une contraception naturelle, telle que la méthode symptothermique, la méthode Billing et la méthode des températures.

Pour en savoir davantage sur la contraception féminine, veuillez poursuivre la lecture de cet article.

Comment prendre la pilule ?

Selon les statistiques, 71 % des femmes utilisent une des nombreuses méthodes de contraception pour contrôler leur cycle menstruel (règles) ou pour éviter une probable grossesse. Parmi celles-ci, près de 30 % optent pour la pilule contraceptive.

Cette méthode de contraception, à savoir la pilule, est composée d’hormones synthétiques similaires aux naturelles. On distingue deux types de pilule contraceptive, en l'occurrence :

  • La pilule à base de progestérone : également appelée progestatif ;

  • la pilule à base d’œstrogène et de progestérone : à savoir les œstroprogestatifs.

Ces hormones sont donc directement diffusées dans le sang de la femme, afin de mettre son cycle en sommeil, sans pour autant avoir d’effets secondaires sur la santé. Pour l’obtention de la contraception hormonale (pilule contraceptive), la consultation d’un gynécologue n’est pas nécessaire. En revanche, la pilule n’est accessible que sur prescription du médecin, après la vérification des contre-indications.

La pilule de contraception se présente sous forme de plaquette de comprimés d’hormones, dont le premier doit être pris le premier jour des règles. Par la suite, la femme devra prendre un comprimé, chaque jour à la même heure, jusqu’à la consommation complète de la plaquette.

Au cours de la prise, même avec un rapport sexuel sans préservatif, la femme a un très faible risque de tomber enceinte. Après trois semaines, la femme doit marquer une pose d’une semaine, durant laquelle des saignements similaires aux règles seront provoqués.

Peut-on prendre la pilule en continu ?

Les pilules de contraception peuvent également être prises en continu, c’est-à-dire sans marquer la pose d’une semaine. Parmi les nombreuses méthodes de contraception, celle-ci est la plus adoptée par les femmes, notamment en France. Elle permet un meilleur contrôle du cycle menstruel (règles) et de mieux se protéger lors d’un rapport sexuel sans préservatif.

De plus, elle évite aux femmes tout risque d’infection vaginale, contrairement aux méthodes contraceptives mécaniques, à savoir :

  • DIU (stérilet en cuivre placé par un médecin au niveau de l’utérus) ;
  • la cape ;
  • l’anneau intravaginal (inséré par un médecin à l’intérieur du vagin) ;
  • le diaphragme (dispositif médical).

Quand faut-il prendre la pilule du lendemain ?

La pilule du lendemain ou la pilule d’urgence, est une des méthodes de contraception utilisées par les femmes après un rapport sexuel sans préservatif, pendant leur période d’ovulation, alors qu’elles ne sont sous l’effet d’aucun contraceptif.

Cela dit, les contraceptifs d’urgence doivent être pris au plus tard le troisième ou cinquième jour suivant le rapport sexuel à risque (sans préservatif durant la période d’ovulation). Dans ce cas, les contraceptifs d’urgence sont accessibles sans la prescription du médecin.

La contraception d’urgence, ou la pilule du lendemain, est prise dans de nombreuses situations après un rapport sexuel à risque ou mal protégé, à cause d’un contraceptif mécanique défectueux, tels que le stérilet en cuivre (placé au niveau de l’utérus), le diaphragme, l’anneau intravaginal, etc.

Voici les principales situations en question :

  • Absence totale de contraception ;

  • oubli de la prise du contraceptif en comprimé ;

  • utilisation tardive du patch contraceptif (placé sur la peau) ;

  • expulsion de l’implant ou du DIU (inséré au niveau de l’utérus) ;

  • le retrait précoce ou déplacement du diaphragme.

Quels sont les types de pilule d'urgence disponibles ?

Deux pilules du lendemain sont disponibles sur le marché, dont la prise dépend de la longueur de la période ayant suivi la relation sexuelle à risque, à savoir :

  • Le levonorgestrel : à prendre trois jours après ;

  • l’ulipristal : à prendre cinq jours après.

Si des vomissements surgissent trois heures après la prise de l’une de ces pilules du lendemain, il est recommandé de prendre un second comprimé. Si cela persiste, il faudra consulter un médecin ou un professionnel de la santé.

Choisir sa contraception

Implant, DIU, préservatifs, patch, anneau intravaginal ou pilules, les moyens de contraception sont divers et nombreux. Chaque femme a donc la possibilité de choisir sa contraception en fonction de son état de santé, de son âge et de son activité sexuelle.

Ceci est très important, étant donné que l’utilisation d’une contraception adaptée garantit plus d’efficacité. En effet, elle ne posera pas de problème et conviendra au mode de vie de la femme qui l’utilise.

En plus des moyens précédemment cités, certaines femmes recourent à la stérilisation. Il s’agit d’une intervention qui se déroule dans un établissement sanitaire et qui engendre une stérilité quasi définitive. Elle doit de ce fait résulter d’une décision prise par une femme majeure de son plein gré, disposant de toutes ses capacités mentales. L’intervention de stérilisation n’est réalisée que si les conditions suivantes sont réunies :

  • Une consultation médicale à titre informatif, suivie d’un délai de réflexion d’une durée de 4 mois ;

  • la rédaction d’une confirmation par la femme souhaitant subir la stérilisation.

Comment se protéger des IST ?

La prévention et la protection contre les infections sexuellement transmissibles est d’une importance capitale, car il y va de votre santé. Cela passe par l’utilisation du préservatif, qui est un moyen de contraception en même temps, afin d’empêcher la transmission des microorganismes pathogènes par voie sexuelle, notamment dans le cas où l’un des deux partenaires est porteur du VIH (virus du SIDA).

Dans certains cas, il est recommandé de se faire vacciner, à l’exemple du papillomavirus (HPV) responsable du cancer du col de l’utérus et du HBV, responsable de l’hépatite B.

Cela étant dit, certaines IST, surtout d’origine virale, nécessitent un temps d’incubation avant l’apparition des premiers symptômes. Pendant ce temps, la personne porteuse de l’IST (homme ou femme) est fortement contagieuse et risque de la transmettre à son partenaire. Il est donc essentiel de se faire dépister, surtout après un ou plusieurs rapports non protégés.

Dès les premiers doutes ou les premiers symptômes, il faut réagir rapidement afin d’éviter toutes complications.

Medecinsdegarde.fr a mis place un numéro dédié pour vous accompagner dans cette démarche :
  1. composer le 01 89 01 22 18 (appel gratuit) pour être pris en charge
  2. décrivez vos symptômes pour être aiguillé vers le service de téléconsultation médicale adapté à votre besoin
  3. après un échange avec un médecin, vous recevez une ordonnance en ligne, immédiatement utilisable en pharmacie